17

Publié le par JY & A

Avec un peu de retard et avant peut-être de revenir sur des événements plus proches (question du pouvoir d’achat, libération d’Ingrid Bettancourt), nous nous en voudrions de ne pas souligner l’agacement qu’ont soulevé certains faits récents.

 

D’abord, une anecdote révélatrice (source : Rue89). Nicolas Sarkozy, le vendredi 16 novembre, a annoncé à des journalistes des Echos le nom de leur futur patron, Nicolas Beytout, transfuge du Figaro et proche du Président. Certes, on s’indignera une fois de plus de la collusion entre le pouvoir et les dirigeants : ça n’a rien de nouveau, mais ça n’en reste pas moins révoltant. Plus encore, ce qui choque dans cet épisode, c’est qu’on peut, en ayant l’esprit mal placé, croire que le Président a carrément influencé directement la prise de décision de son ami Bernard Arnault, qui reprend les Echos. En tous cas, le Président ne prend même plus la peine de feindre une quelconque indépendance et va jusqu’à narguer les journalistes.


Autre épisode agaçant : la suppression récente d’une exonération de redevance audiovisuelle pour 780000 retraités à faible revenu (source : NouvelObs). Cette exonération était certes temporaire (c’était un dispositif voté par le Parlement pour assurer la transition vers un nouveau régime de prélèvement, puisque la redevance audiovisuelle sera désormais adossée à la taxe d’habitation), mais désormais, des personnes qui ne payaient pas les 116 euros annuels que représente la redevance audiovisuelle devront s’en acquitter. Quatre jours avant, la même Assemblée Nationale votait la suppression de l’impôt de Bourse (source : Les Echos).

Certes, le caractère technique de ces mesures et la complexité relative des questions fiscales pousse à la prudence quant à la comparaison de ces deux « symboles » qu’on peut être tenté de considérer comme des signes d’une iniquité constante dans les délibérations de la majorité. Néanmoins, toutes réserves prises en compte, il faut bien reconnaître que le parallèle est troublant. Au mieux, c’est la preuve que les priorités de l’UMP et du Nouveau Centre sont sans doute plus proches de la Bourse que des petits retraités qui devront payer 116 euros supplémentaires par an, ce qui représente une somme considérable pour nombre d’entre eux.

Commenter cet article

Dridy 19/12/2007 12:40

Concernant l'exonération, j'étais persuadé qu'un amendement l'avait finalement réduite à 50%.
Sinon, VRAIMENT bravo pour votre blog.

skalpa 09/12/2007 20:58

passant par ici
un petit big up
à tonifan

thomas 06/12/2007 03:34

J'ai pas dit que c'était le contrôle total, j'ai dit que le contrôle total n'est pas nécessaire... donc faut pas l'attendre pour réagir crotte!

poncho 04/12/2007 23:49

je pense que c'est JY qui est dans le vrai. mon chiffre est sûr, pour ce qui du contrôler du conseil constitutionnel je n'en sais goutte.
en ce qui concerne le "contrôle total des médias" encore une fois, je ne pense pas qu'il soit total. déjà que nos médias n'étaient pas totalement libres avant sarkozy (et ce, depuis que la presse existe) là c'est encore un coup de canif. mais nous n'en sommes pas à la pravda. c'est tout ce que je voulais.

JY 03/12/2007 14:12

"contrôle total de la presse" Oui mais qui a parlé de ça? , le monde diplomatique ,trés bon journal,un peu gauchisant au même titre que Le Figaro est droitisant et Minute est fachisant.

Pour la paquet fiscal il me semble que c'est la réduction d'impôt sur les intérêts d'emprunt qui a reçu des réserves concernant la rétrocactivité de la mesure.