28

Publié le par JY & A

Encore une fois, il faut reconnaître que nous sommes à la traîne face au torrent de nouvelles que la présidence Sarkozy continue de déverser sur les ondes, les écrans et les unes de France. Néanmoins, il y a des informations qui font plus réagir que d'autres.

 

Ainsi de la rumeur du site Nouvel Obs , selon laquelle le président de la République aurait "demandé la tête" de Franz-Olivier Giesbert, directeur du Point, au propriétaire du journal, François Pinault. Cette information, déjà choquante en elle-même, vient couronner une série d'actes et d'attitudes particulièrement ambigus de Nicolas Sarkozy vis-à-vis de la presse.

 

On se rappelle l'épisode peu glorieux du limogeage d'Alain Généstar par Arnaud Lagardère, suite à la couverture de Paris-Match sur les frasques de Cécilia Sarkozy. Peu après l'élection de 2007, on s'étonnait de voir nommé Laurent Solly, un proche de Nicolas Sarkozy, à la direction de TF1  Récemment, c'est le projet d'attribuer au Président la compétence de nomination du président du service public télévisuel qui suscitait un malaise. Ce ne sont là que des exemples isolés, que l'on pourrait compléter par un tableau assez inquiétant d'un paysage journalistique français dominé par des grands groupes dont les dirigeants sont proches du pouvoir (Lagardère, Bouygues, Bolloré, Dassault).

 

Ce nouvel épisode ne fait donc que confirmer une tendance franchement étonnante pour une démocratie moderne, une collusion hasardeuse du pouvoir et des médias dont on ne voit pas quels pourraient être les effets bénéfiques. La conduite de Nicolas Sarkozy à l'égard de la presse s'embarrasse à peine de faux -semblants, et tous ces signes de reprise en main et d'influence directe du pouvoir ne laissent d'inquiéter. On a beaucoup raillé l'Italie berlusconienne, mais il ne faudrait pas attendre d'en arriver-là pour se soucier de la situation française...

 

 

 

Commenter cet article

Thomas 14/08/2008 15:31

Excusez moi de profiter des commentaires pour proposer un lien vers un cours article du monde.fr sur des propositions de campagne du Président Sarkozy à savoir la gratuité des frais de scolarité pour les français à l'étranger (primaire et secondaire). La mesure a été mise en place pour la rentrée en classe de terminale dans les lycées français à l'étranger. Outre le prix de cette mesure, je me questionne sur sa légitimité. Pour avoir travailler dans un lycée français au Canada aux erhorbitant de 8000 dollars par an (incomparable aux frais de scolarité d'une école privée canadienne, soit environ 16 000 dollars pour un lycée anglophone équivalent à Ottawa (même ville)). Je n'ai pas ressenti des familles acculées par la charge d'une éducation à l'étranger due à un exode forcée de notre chère patrie. Reste que j'espère bien que la mesure soit étendue aux universités... Il est clair qu'"il n'est pas normal qu'un enfant français soit exclu de notre système d'enseignement soit pour des raisons financières, soit pour des raisons géographiques". À moi le doctorat d'Harvard.

La mesure a coûté 20 millions d'euros pour les seules terminales. Si je ne me trompe pas les universités française dont on pointe souvent le manque de moyens recevront une dotation spéciale de 250 000 euros chacune (pour celle ayant sauté le pas de l'autonomie! UT1 RULES!!).

En attendant les autres classes du lycée devraient suivrent, avant de continuer au collège et primaire. La bonne idée sera donc de s'expatrier pour éviter les impôts français tout en jouissant d'un enseignement de premier choix et très valorisé dans un de nos lycées français à l'étranger. Que demande le peuple! La carte scolaire est bel et bien abolie! Youpi!

http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/08/13/promise-par-m-sarkozy-la-gratuite-des-frais-de-scolarite-a-l-etranger-s-annonce-couteuse_1083365_3224.html

(Selon l'article, 713 millions d'euros d'ici à dix ans quand sera appliquée jusqu'au CP... plus mes enfants!)

Bonus track: "Cet article conclut en perpétuant l'impression que la plupart des Français de l'étranger sont très aisés. En Irlande, il est souvent nécessaire d'aider des compatriotes dans le besoin.Le Monde pourrait mener sa propre enquête sur place au lieu de recopier des déclarations." Irlande si pauvre... me demande bien qui sont ces français si loin de leur pays d'origine et quelles sont leurs activités.

En fait les commentaires sont assez amusant... Certains français non expatriés se plaignent car locaux (c'est à dire n'étant plus du tout rattacher à la France mais intégrés dans le système étranger) de ne pas pouvoir bénéficier de la scolarité gratuite pour les enfants jusqu'à 18 ans (bien évidemment dans un établissement de qualité étant donné que bon nombre de pays comme les États Unis et le canada disposent d'écoles gratuites). J'ai beaucoup de ma à comprendre ces personnes qui ayant quittées la France entendent pouvoir garder les avantages de leur pays d'origine... Étant moi même cette année à l'étranger (université) avec un statut international et non plus rattachée à la France, je connais de nombre difficultés (pas le droit de travailler, discrimination pour l'octroi des bourses et emploi post-diplôme, railleries populaires, pas de sécurité sociale, etc.). Pour autant c'est mon choix d'être à l'étranger... Alors oui il n'est pas facile de changer de système pour un intégrer un nouveau dont les règles sont différentes m'enfin vous ne me ferez pas pleurer avec vos mouflets...